Enterrement de son animal domestique (chien, chat…) chez soi

Confier la dépouille de leur chien récemment mort aux soins du vétérinaire, enterrez le chat mort dans la nature, et choisissez la incinération collective comme dernier hommage à son animal de compagnie ...

Certaines personnes considèrent à peine ces choix et préfèrent laisser mourir leurs chiens, chats, hamsters, etc, quitte à les enterrer dans le jardin.

Mais ont-elles des droits? Êtes-vous autorisé à enterrer des animaux dans les jardins, dans les vergers ou bien sous les rosiers? Effectivement, ceci est possible, mais sous certaines conditions qui sont réglementées par la loi.

Enterrer son animal dans son jardin

Plus précisément, dans ce cas, il faut se référer à l'article L.226-2 du Règlement rural. Les funérailles doivent respecter les règles suivantes :

  • L'animal concerné ne peut dépasser 40 kg ;
  • Le propriétaire de l'animal doit être propriétaire du terrain sur lequel il a l'intention de le faire ;
  • L'utilisation de sacs en plastique et autres bâches ou toiles cirées utilisées comme revêtement doit être interdite car elles ne sont pas biodégradables et sont une source de pollution dans le sous-sol. Nous privilégions le lin (évitez d'utiliser des fibres synthétiques), les couvertures ou boîtes, le carton ou le bois ;
  • Une fois posé au sol, le corps sera recouvert de chaux vive ;
  • En ce qui concerne la fosse, elle doit avoir au moins un mètre de profondeur et au moins 35 mètres des maisons voisines et des niveaux d'eau, des rivières, des torrents de montagne, des ruisseaux et des eaux souterraines pour éviter la pollution.

Dans tous les cas, vous devez contacter la mairie pour savoir s'il existe des normes spécifiques relatives à cette thématique; si vous habitez dans un quartier, il est recommandé de consulter le cahier des charges pour vérifier les exigences à cet égard.

Si vous désirez enterrer votre animal à la maison, il est possible d’utiliser Nidoo, un cocon régénéré biodégradable et contenant des graines végétales.

Dès que le Nidoo est enterré, un arbre et des fleurs naîtront, créant un lieu de souvenirs et de souvenirs éternels.

Opter pour l’incinération de l'animal ; une bonne idée ?

Il est à retenir qu’il existe 2 modes d’incinération notamment : l’incinération collective et l’incinération individuelle.

La crémation collective consiste à incinérer votre animal avec d'autres restes, selon la taille, en moyenne de 3 à 5. Il s’agit d’entreprises spécialisées qui prennent soin du corps à domicile ou après le vétérinaire. La dépouille est placée dans un sac en plastique, où elle brûlera.

Il faut considérer que dans ce cas, on ne pourra pas récupérer les cendres car elles sont mélangées aux cendres d'autres animaux. Ceux-ci seront dispersés sur des terres dédiées à cet effet. Ces procédures font l'objet d'accords de crémation signés par les vétérinaires et une intervention chirurgicale doit être pratiquée.

Le coût moyen de ce dernier est estimé à 150 euros, frais de transport et d'incinération compris, qui varient selon la taille de l'animal.

Quant à la crémation individuelle, elle vous permet de participer à la cérémonie, mais le plus important est de ramasser les cendres des animaux et de les mettre dans les urnes.

Le processus est aussi rigoureux que l'incinération de masse. Le panneau ignifuge détermine l'identité de l'animal selon le protocole de crémation établi par son vétérinaire.

Une fois récupéré, il peut être enterré dans la maison (l'ur biodégradable doit alors être préféré), ou il peut être stocké dans la maison. Il existe des urnes personnalisées de différentes manières, avec des photos, des noms d'animaux ...

La crémation, les services vétérinaires et les urnes coûtent en moyenne 350 euros.

Choisir un cimetière animalier ; une bonne idée ?

Vous pouvez également enterrer votre animal de compagnie dans un cimetière spécial pour animaux.

En France, il existe une trentaine d'institutions municipales privées ou communales, toutes gérées par des associations de protection animale (telles que les SPA ou les entreprises) et répondant aux mêmes exigences en matière de respect des normes de cimetière humain.

Pour placer des animaux dans une nécropole dédiée, vous êtes tenu d’effectuer :

  • une négociation de concession en ce qui concerne une tombe d’approximativement 50 centimètres de côté pour une période qui varie de 1 à 50 ans ;
  • règlement d’une taxe d’inhumation ;
  • construction d’un caveau surmonté ou pas d’un monument.

Tant que le corps est enveloppé dans du tissu et placé dans une boîte biodégradable, il peut également être enterré sous terre.

Si vous choisissez d'utiliser des des cavurnes et tombes avec inscription et utiliser un cercueil en vois, le budget va d'une concession et d'une taxe funéraire de 120 euros à 500 euros.

Plusieurs corps ou plusieurs urnes peuvent être placés dans la même concession.

Il y a aussi des cimetières d'animaux virtuels, les propriétaires ne peuvent pas enterrer leurs animaux en raison d'un manque de capacité, ils ont donc la possibilité de créer un cimetière numérique, avec de nombreuses photos, informations et souvenirs pour célébrer leurs amis.

Ces services sont généralement gratuits et certaines fonctionnalités supplémentaires nécessitent un paiement.

Que faire dans le cas où l’animal dépasse 40 kilos ?

La loi française interdit strictement l'inhumation des grands animaux sur leur propriété conformément aux dispositions de l'article L.228-5 du règlement rural.

Si son poids dépasse 40 kilos, il faut :

  • Il peut être confié à un vétérinaire pour la crémation, ce qui n'est pas une petite somme ;
  • Mettre en place une entreprise d'équarrissage (destinée en principe pour les chevaux et les ânes) ;
  • Dans les deux cas, la mairie de la commune doit être prévenue: en effet, suite à l'article L.226-6 du code rural, le détenteur doit déclarer le décès dans les 48 heures ;
  • La compagnie retenue doit se présenter dans les 2 jours qui suivent le décès

Opter pour la naturalisation (taxidermie) ?

De plus, il existe des alternatives pour la naturalisation. Confiez le corps de l'animal au taxidermiste pour s'assurer que le corps est protégé avec une attitude de vie.

Ensuite, il devient possible de garder l'animal dans son environnement quotidien. Cette possibilité suppose que l'animal a été maintenu en bon état et que les professionnels en ont pris soin.

Une idée sur le processus de taxidermie

Le taxidermiste se charge de :

  • vider le corps de ses organes ;
  • tanner la peau ;
  • la positionner sur le squelette ou une infrastructure en métal ;
  • la rembourrer pour donner du volume.
  • la peaufiner tout en retouchant les yeux, la gueule, etc.

En effet, il s’agit d’un travail assez long, qui requiert de la précision, du temps et de la patience. Selon les travaux à effectuer, le volume de l'animal en question et des commandes de l’artisan, la taxidermie prend 6 mois en moyenne.

Vous devez fournir quelques photos et documents sur l’attitude de vie de l’animal et arrêter la posture qui immortalise l’animal.

Cette opération délicate nécessite un certain coût, qui doit être évalué selon la taille, le poids et les travaux de restauration à établir. Le montant de base est de 500 euros.

Demandez un rappel