Assurance santé pour les travailleurs frontaliers

Du point de vue de la sécurité sociale, un travailleur frontalier ou transfrontalier est une personne travaillant dans un autre État que celui où elle réside habituellement. En principe, chaque jour, et au moins une fois par semaine, il fait ce trajet.

Frontalier et assurance maladie : Droit d’option

Le droit d’option (liberté de choisir une assurance maladie), est un avantage qu’ont les frontaliers. Ils peuvent souscrire à l’assurance maladie de la sécurité sociale (y compris l’assurance santé réservée aux frontaliers) ou à la couverture maladie universelle (CMU) vu ses tarifs réduits. Cela est possible soit dans le pays où vous résidez, soit dans le pays où vous travaillez.

Cas spécial de la Suisse

Le droit d’option des travailleurs frontaliers Suisses a changé le 1er juin 2014, ceci-dit qu’ils n’ont plus la possibilité de souscrire une assurance santé privée, hormis les abonnés de LAMAL qui pourront toujours être assurés en Suisse. Les transfrontaliers de la caisse d’assurance maladie du secteur privé seront systématiquement transférés au débit de la sécurité sociale. Cela ne les empêche pas de signer une complémentaire santé afin d’avoir une meilleure protection.

L’État gagne environ 100 millions d’euros durant la première année et 150 pour les années qui suivent. Chose qui irrite les frontaliers, car ils devront combler la prise en charge à l’aide d’une complémentaire plus chère qu’une assurance santé privée, s’ils veulent des défraiements équivalents. Il est difficile que cette réforme passe sans protestation aux frontières.

Demandez un rappel